Publications Presse & Édition

Pauline Makoveitchoux, féministe, photographe, exposition à Vitry-sur-Seine
Pauline Makoveitchoux, féministe, photographe, exposition à Vitry-sur-Seine
Pauline Makoveitchoux, activiste féministe, première photographe à documenter les collages féministes
Pauline Makoveitchoux photographe féministe
Pauline Makoveitchoux, activiste féministe, première photographe à documenter les collages féministes
Pauline Makoveitchoux, activiste féministe, première photographe à documenter les collages féministes
Pauline Makoveitchoux activiste féministe et photographe

"Elles ont le regard droit et une posture qui ne l'est pas moins sur ces photographies qui les montrent seules ou en groupe, en portrait serré ou en pied. Outre leur attitude entière, elles ont pour point commun d'avoir posé dans un endroit et à un moment où quand on est une femme, on ne fait pas la fière : en pleine rue et le soir ou la nuit, à Paris mais aussi en banlieue."
Le Parisien, 8 mars 2021

"Je prends en photo des femmes dans des postures stables, puissantes, en cassant l’injonction au sourire et les schémas esthétiques pour les représenter telles qu’elles sont, dans leur diversité. Les photos se déroulent dehors en pleine nuit, là où les femmes n’ont pas de légitimité à se trouver, encore moins seules et sans homme."
Vitry-sur-Seine le Mag, Mars 2021

Une année de documentation du mouvement de collages contre les féminicides et les violences faites contre les femmes.
Actu Paris, août 2020

"C'est en quelque sorte de l'art -thérapie. Par exemple vous pouvez vous inspirer de la série photos "Women are not afraid" sur la réappropriation de l'espace public par des femmes, par la photographe Pauline Makoveitchoux"
Marie Laguerre, Rebellez-vous, 2020

"À quelques jours de la clôture du Grenelle des violences conjugales, le 1 fait le point sur la situation et les initiatives prises en vue d’enrayer ce fléau qui a déjà coûté la vie à 136 femmes cette année. Pour lutter contre ces crimes – qu’on prétendait naguère « passionnels » – et souligner leur caractère intolérable, des féministes, Diana Russell en tête, ont forgé le concept de « féminicide ». Ce terme, qui désigne plus largement le meurtre d’une femme parce qu’elle est une femme, est d’abord un outil pour alerter l’opinion sur une brutalité misogyne plus vaste, encore inscrite dans notre quotidien."

Le  1 hebdo, édition spéciale Violences conjugales,
novembre 2019
Crédit photo - couverture et poster - Pauline Makoveitchoux

"Des collages contre les féminicides sur les murs de Paris"

20 minutes, septembre 2019
Crédit photo - couverture - Pauline Makoveitchoux

"Des slogans en faveur de l'IVG accrochés sur des cintres, sur les murs de Paris"

20 minutes, janvier 2017
Crédit photo - couverture - Pauline Makoveitchoux